En 1918 la jeune assistante sociale Marie Hall Ets, deviens amie de Rosa et commence à en transcrire le témoignage.
À la mort de Rosa en 1943, le manuscrit reste pour presque trente ans dans un tiroir, gardé par la fille du fondateur des Chicago Commons, jusqu'à quand en 1970 le prof. Rudolph J. Vecoli, en faisant recherches sur les Italiens à Chicago pour l'université du Minnesota, en fait la première édition américaine: 
"Rosa: the life of an italian immigrant". 

Mais touts les noms de lieu et personne ont été changés par Marie ou Rosa et Ernesto Milani, chercheur d'histoire de l’émigration lombarde, commence à faire des recherches d'archive en Italie et en Amérique pour découvrir la vraie identité de Rosa et le vrai nom de son village: Cuggiono.

En 2003 Nora Picetti est une étudiante qui habite à Cuggiono et participe à la traduction collective organisé par Oreste Magni, président de l'association Ecoistituto della Valle del Ticino, pour publier "Rosa: vita di un'emigrante italiana".

Elle tombe amoureuse de cette histoire e pendant des années recherche rencontres avec personnes âgés, émigrés et immigrés, descendants de citoyens de Cuggiono émigré en Amérique et maîtres de théâtre comme Eugenio Allegri, Laura Curino et Carlo Boso pour porter l'histoire de Rosa sur scène.

Nora écrit donc le texte et choisit des cd du groupe Barabàn, qui s'occupe de recherche et concerts de musique populaire de l'Italie du Nord. La rencontre avec Gugliemo Gaviani enrichit le spectacle de berceuses, chants d'usine et de bistrot, qu'il a recherché et enregistré à Cuggiono et alentours.

En 2015 Ernesto Milani publie "Una story-teller lombarda a Chicago" un livre en italien sur la vraie histoire de Rosa, avec photos et documents qu'il a trouvé en 40 ans de recherches.

En 2016 Nora Picetti traduit le spectacle en français avec la collaboration de l'auteur et chanteur Louis-Noël Bobey, pour participer au Festival Avignon Off.

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now